L’Accident médian de Belledonne :


Si les conditions climatiques et les opportuns sédiments arrachés aux montagnes pangéennes ont favorisé la conservation de fossiles de plantes à Vaulnaveys, c’était là des conditions nécessaires mais pas suffisantes à la fossilisation de la flore environnante. D’une part, le massif hercynien est aujourd’hui entièrement érodé, c’est-à-dire qu’il ne reste rien des terrains sur lesquels poussaient ces plantes du Carbonifère. D’autre part, de récentes recherches soulignent l’importance de « vides à combler » pour recueillir les débris de plantes et les sédiments qui donneront du charbon et des fossiles. A Vaulnaveys, ce rôle a été joué par d’importantes fractures dans les roches, très profondes, jusqu’au socle cristallin sous les montagnes pangéennes, provoquées par le glissement de deux plaques tectoniques l’une contre l’autre, le long d’une ligne Nord-Sud, à cet endroit. Ces mouvements ont créé toutes les vallées, failles et crevasses qui après s’être emplies de débris végétaux et un long séjour souterrain fournissent aujourd’hui du charbon, comme à La Mure, ou des fossiles, comme à Vaulnaveys.

     

 
   
   
Suite